La Corde



Je priai de tout mon cœur que la nuit, sans étoile et sans lune, noire comme le jais, nous envelopperait et que personne ne nous surprendrait.


J'avais attaché la corde à tout ce que je pouvais, mais la crainte de les voir chuter en bas de la muraille me poussait à la saisir de toutes mes forces. Elle râpait mes mains habituées jusqu'à présent à l'indolence et au plaisir. Mais il n'était pas question que je la lâche. Si je faisais cela alors je devrais tirer un trait sur mes rêves et mes espoirs.


"Jamais !" me répétais-je le temps de leur descente. Je changerai de vie ; je gagnerai mon nouveau départ ! Et comme pour me dire que j'étais exaucée, je sentis la corde se décharger de tout leur poids.


Je les distinguais à peine mais je leur dis : "Allez du côté de la montagne, de peur que ceux qui vous poursuivent ne vous rencontrent ; cachez-vous là pendant trois jours, jusqu’à ce qu’ils soient de retour ; après cela, vous suivrez votre chemin." (Josué 2.16)



Je m'appelle Rahab et je viens de vous raconter comment le Seigneur, malgré la vie que je menais avant de le rencontrer m'a permis d'entrer dans un plan qui dépassait mes vœux les plus fous.

Rahab aidant les deux espions de Josué - crédit : Frederick Richard Pickersgill

Cette corde et ce fil de cramoisi sont ce qui m'attache à mon sauveur glorieux. Cette nuit-là j'ai intégré un peuple et une famille plus précieuse que l'or.


Le témoignage que je veux te laisser : ton passé n'est pas important tant que le point final n'a pas été écrit. "La fin d'une chose vaut mieux que son commencement " (Ecclésiaste 7.8)

0 vue

©2019 by Les glorieuses choses. Proudly created with Wix.com