Prier avec ses enfants


Crédit photo : Canva

Je discutais pas plus tard qu'hier avec une sœur sur la transmission de la foi aux enfants et plus particulièrement à nos enfants. Il est vrai que pour ma part, prier avec mes enfants a toujours été une évidence : ma mère avait instauré des temps de louange et de prière à la maison si bien que tout naturellement, je m'y suis lancée avec mes enfants. Tu aimerais en faire de même, mais tu ne sais pas comment t’y prendre : je te donne trois astuces pour donner envie à tes enfants de prier.



Comme des grands


Les enfants sont des éponges : ils copient tout ce qu'on fait, tout ce qu'on dit. Les tiens ne dérogent pas ou ne dérogeront pas à la règle. L'enfant imitera tout jusqu'au moindre détail pour la simple et bonne raison que ses parents et être aimés constituent pour lui la référence ultime. Tu comprendras que pour que tes enfants puissent prier par eux-mêmes, il faudra qu'ils t'aient vu.e au préalable prier. C’est pour ainsi dire la base.


La chose la plus simple est de toujours le faire participer aux temps de prières quotidiens : le matin, les trajets maison-école/crèche, les repas et les dodos. Dans un premier temps tu peux expérimenter une prière que tu lui souffles. Mais je te conseille de ne pas hésiter à le.a laisser prier seule rapidement.


Pour ma part, pour le repas, nous prions tous à tour de rôle, y compris Nériyah qui a 4 ans et demi. Cela fait environ un an et demi qu’elle prie seule pour bénir le repas ou pour d’autres occasion et elle est à force plutôt à l’aise. Bien entendu cela reste une prière d’enfant avec la simplicité qui va avec, mais c’est surtout sa prière, son moment où elle prend conscience qu’elle participe à quelque chose de bien plus grand qu’elle, de glorieux.



Tout en jouant


Nériyah a toujours eu un goût prononcé pour la musique et le chant. Du coup, pour la faire prier, j’ai d’abord commencé par le chant. Toutes les prières étaient chantées. L’avantage que j’avais était que je connaissais des comptines chrétiennes pour toutes circonstances. Si tu n’en connais pas, pas de panique ! Je t’encourage à les créer. Et si ce n’est pas du tout ta tasse de thé, n’hésite pas à te rapprocher d’autres mamans ou des moniteurs.rices de l’école du dimanche ou de la manière dont ce service est appelé dans ton église.


Il y a deux chants que Nériyah a beaucoup chanté : J’ai faim et ce que nous avons appelé la chanson du dodo. Aujourd’hui, elle ne chante plus que très rarement J’ai faim ; elle préfère prier comme ses parents et ses tatas. Par contre, la chanson du dodo étant entrée dans notre rituel du dodo, elle n’a pour l’heure jamais exprimé le désir de prier autrement.



Des instants privilégiés


N’oublie pas non plus d’instaurer un temps de prière spécialement calibré pour tes enfants. Attention, cela n’a rien à voir avec le temps de prière familial. En ce qui me concerne j’ai vite ressenti le désir de passer un temps LIBRE avec mes enfants dans la prière et la lecture de la Bible. Ils ont 4 ans et demi et 2 ans, si bien qu’il a fallu penser le moment au vu de leur jeune âge.


Tout d’abord, il était important de créer à nouveau une routine comme celle du dodo. L’intérêt des routines pour l’enfant est qu’il identifie plus facilement les temps de la journée et peut s’y préparer. Pour nous le matin était le moment le plus adapté. Les enfants sont plus frais la matinée et plus ouverts aux apprentissages. Il nous restait à fixer le jour. Ayant un emploi du temps un peu complexe, le mercredi s’est révélé être le meilleur jour. Malheureusement leur papa ne peut pas participer puisque c’est en semaine. Mais ils se sont tout de même bien accaparé ce moment. Surtout Nériyah. C’est un peu plus difficile pour Haddon. Il participe un temps, repart et revient généralement au moment de l’histoire.


Le principe de ce moment est de les laisser libres de participer ou non. Surtout mon dernier dont la concentration fluctue puis retombe assez rapidement. Toutefois voici mes astuces pour les retenir.

1- jouer d’un instrument, si possible. Je joue de la guitare je les accompagne donc lorsqu’ils chantent. Et on ne se prend pas la tête si le.a.es minipousse.s ne chante.nt pas juste ou en rythme. L'essentiel est qu'il chante alors on s'adapte.

2- prévoir des instruments même factices pour les enfants. Là lâche-toi ! Tu peux leur donner un tambourin, une flûte (bon attention les oreilles) tout instrument qui leur permettra de t’accompagner. Beaucoup de magasins vendent des starter kits percussion, c’est il me semble un bon commencement.


Crédit photo : Canva

3- ne chante pas plus de trois chants ! Ça c’est la règle number one. Moi je fais un chant de louange et un d’adoration. Et ce sont généralement les mêmes Célébrez et Hosanna.

4- pour la lecture de la Bible choisis des supports adaptés à son âge. Pour l’heure on écoute l’histoire sur la Bible App pour les enfants (lien playstore : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.bible.kids&hl=fr ). L’interface est bien dessinée, colorée (on imagine pas l’importance de la couleur pour les enfants) et surtout interactive. Après chaque page je pose régulièrement des questions à Nériyah pour m’assurer qu’elle a compris l’histoire ainsi que la morale.

5 - Finis toujours en tirant une leçon et par une petite prière pour permettre à ton.a petit.e de grandir comme les térébinthes en grâce, en sagesse et en stature devant Dieu et devant les hommes.


Voilà pour moi, mais n’hésite pas à partager tes astuces : ce sera tout d’abord un plaisir pour moi de te lire et cela me permettra de découvrir mille et une façon de faire.


Amicalement tienne,


Celvie

20 vues

©2019 by Les glorieuses choses. Proudly created with Wix.com