Unforsaken


La maison, désolée, me paraissait froide et vide. Mes yeux scrutèrent les persiennes. Pas une lueur. Il était encore tôt. La rumeur de la ville, dans quelques heures, allait transpercer les murs pour devenir cette musique à laquelle je ne prêtais plus attention.


Je me levai. Je ne sais pourquoi, mais je me sentais lourd comme si les eaux de ma peine avaient rouillé mon corps. Je m'extirpai du lit et allai verser de l'eau sur mon visage.


Il me sembla sentir le parfum de Maria. Je humai l'air comme pour la retenir. Ses yeux et son rire s'imprimèrent dans mon âme. Elle était comme là. Ce souvenir me brisa le cœur. Maria… La lumière de mes yeux, la joie de mon âme… Cela faisait une semaine qu'elle était partie. Je vacillai.

Mais je ne pouvais pas sombrer dans la douleur. Non que je ne me sois pas senti enivré par elle, mais l'esprit en moi luttait teigneusement.


Il m'était impossible de m'éloigner de Dieu. Sa présence était mon seul réconfort. Je le sentais m'entourer de ses bras d'amour à chaque instant.


Je m'appelle James Hudson Taylor et je viens de te faire part d'un instant de ma vie des plus douloureux et pourtant des plus glorieux. Lorsque j'ai perdu ma Maria en 1870 après avoir perdu ma Grace et mon fils Samuel âgé de deux semaines, j'avais foi que celui pour qui j'avais traversé les mers ne m'avait pas abandonné.

Je savais que toute la provision se trouvait en lui. Je me suis appuyé sur le rocher qui ne faillit jamais. N'est-il pas celui qui nous a dit : celui qui croit en moi, des fleuves d'eaux vives jaillir ont de son sein jusque dans la vie éternelle ?


Le témoignage que je veux te laisser : "Jésus est notre force et ce que nous ne pouvons pas faire ou supporter, lui peut tout en même temps l'accomplir et le porter en nous !"

21 vues

©2019 by Les glorieuses choses. Proudly created with Wix.com